Un semi-marathon de Lille … dans l’indifférence et les odeurs de kebab

Du monde sur la ligne de départ !Qu’on se le dise une fois pour toute, Lille n’est pas une ville qui se passionne pour le sport ! Plusieurs fois déjà, j’avais été surpris par le manque de reconnaissance des performances qui peut régner dans cette ville. Me reviennent en tête par exemple : le titre de champion de France de football du LOSC fêté sans une réelle liesse populaire, ou encore la quasi-absence d’animations lors du départ de la Route du Louvre. De même, à moins que ma mémoire ne flanche, les sportifs de haut niveau venus de la capitale nordiste ne sont pas légion.

On m’avait présenté le Semi-Marathon de la Braderie de Lille comme un rendez-vous festif ! J’étais donc au départ de cette course pour éventuellement tordre le cou au constat exposé ci-dessus … Eh bien, il m’en faudra plus pour changer d’avis.

Le Semi-Marathon de Lille est peut-être un rendez-vous , mais pour le côté festif on repassera … et pourtant il y aurait largement de quoi faire ! Des milliers coureurs à pied venus donner le meilleur d’eux même dans une superbe ville à l’occasion d’un des plus beaux rassemblements populaires qui puissent exister en France, ça devrait le faire … mais non !

Il est des courses où l’on sent, dès l’obtention de son dossard, une saveur particulière hautement chargée en adrénaline. Il est des courses où l’on piaffe d’impatience d’être sur la ligne de départ, galvanisé par les saillies encourageantes d’un speaker débordant d’énergie. Il est des courses où le seul franchissement d’une ligne de départ  enthousiasme les spectateurs présents en bord de route. Il est des courses où les animations redonnent du courage aux athlètes … Il est des courses où la ligne d’arrivée est bondée de supporters anonymes applaudissant les concurrents comme des champions. Il est des courses où l’on aimerait passer du temps sur le village à se délecter de friandises récompensant un bel effort !

Quel sort sera réservé à cet horrible t-shirt ?

A Lille, il m’a manqué de tout ça ! Dès la réception du dossard, on ne peut qu’être déçu par cet horrible t-shirt souvenir … en coton ! Sur la ligne de départ, on n’entend pas de musique encore moins le speaker. Sur le parcours, les spectateurs sont amorphes et attendent, non sans mal, que vous dégagiez de cette route afin qu’ils puissent traverser (j’ai esquivé plusieurs piétons impatients). On passera sur les applaudissements bien rares, les encouragements quasi inexistants, l’arrivée dans la plus grande indifférence, les insupportables odeurs de kebab et d’essence dans les barbecues sur le parcours (sérieux, vous mangez vraiment ces choses là ?), le ravitaillement d’eau au robinet, ou sur cette médaille souvenir en kit (un cordon orange et une médaille dans son plastique). Ikea aurait été sponsor, j’aurai pu comprendre la subtilité de cette médaille à reconstituer, mais là …

J’avoue, finalement. Ma seule satisfaction est sportive : mon temps de 1h 50min et 30 secondes Et le résultat final, aurait même pu être meilleur sans ces maux d’estomac ayant rendu les huit derniers kilomètres difficiles. On m’avait vendu un parcours très roulant, en deux boucles. Et pour le coup, on ne m’avait pas menti. Bien qu’assez monotone, ses longues lignes droites permettaient de laisser dérouler les foulées. Et finalement sans ce début de parcours, où l’affluence a ralentit l’allure, j’ai réussi à descendre sous les six minutes au kilomètre pendant 20 kms. Je suis donc assez content de ma constance, et malgré les critiques émises plus haut, cette course constitue, et c’était le but premier, un bon entrainement pour les 31 kms du  trail de la Côte d’Opale dimanche prochain, et là ce sera une autre histoire ! Après avoir englouti 1h50 de course, 6 heures de marche bradeuse, quelques moules et son lot de bières, et 3 cds chinés, je pouvais rentrer chez moi les jambes lourdes et entamer une bonne nuit avant de nouvelles aventures, du côté de Wissant cette fois !

PS : une autre satisfaction de cette course aurait été de pouvoir faire quelques foulées en compagnie de Jo’Run, rencontré sur Twitter et dont le blog est à découvrir !

Eux aussi ont couru le Semi-Marathon de Lille 

Daddy the Beat

Le Gros Joggeur

Running Sucks 

Publicités

7 réflexions sur “Un semi-marathon de Lille … dans l’indifférence et les odeurs de kebab

  1. Le bol de se voir sur le parcours grâce à l’apparition de mon ami le point de côté. Je partage l’avis sur le t-shirt (Une « belle » chemise de nuit XL) Sympa ce CR sur une vision différente de la course 😉 À dimanche sur le 31km (sans mon t-shirt) 😉

    J'aime

  2. Pingback: Semi-marathon de Lille, "c’est dans la tête" qu’ils disaient … | Running Sucks

  3. Hé bien hé bien, j’arrive 1 minute derrière toi et je ne t’ai même pas vu !
    C’est vrai que l’ambiance n’y est pas totalement … J’ai un peu hurlé sur un mec qui a traversé juste devant (ça devait être quand j’entrais dans le dur parce que j’y suis pas allée de main morte). Heureusement qu’il y avait les copains 🙂

    J'aime

    • Difficile de se voir vu le monde, et le fait de ne pas se connaitre facilite encore un peu plus la tâche.
      Pour les spectateurs du bord de route, c’était très désagréable et certains auraient mérité des croches pieds !

      J'aime

  4. Pingback: Semi-marathon de Lille, « c’est dans la tête » qu’ils disaient … | Running Sucks

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s