C’était 2013 …

Alors que 2013 s’éteindra à tout jamais dans quelques heures, je viens de mettre également un point final à mon année de course à pied. Cette ultime sortie m’a d’ailleurs permis de dépasser la barre fatidique des 0,003 x la distance parcourue par Laurent Fabius à travers le monde cette année.

D’avance, je m’excuse de vous épargner le détail statistique de ces 12 athlétiques mois. J’ai préféré vous faire partager quelques-uns des temps forts de cette deuxième année de course à pied (si l’on pouvait éviter l’horrible running au moins le temps d’un article).

C'était 2013

C’était 2013

Rencontres Si la course à pied offre l’opportunité de se faire de belles (réelles ou virtuelles) et de longs échanges (réels ou virtuels), les séances d’entrainement donne parfois lieu à d’insolites tête à tête. 2013 aura inéluctablement été marquée par

  • les encouragements décousus de mecs bourrés vautrés sur le banc d’un abribus … «  Merci les gars, ça fait du bien de se sentir soutenu ! »

  • les regards suspicieux de vieux curieux cambrésiens qui essaient de lire tant bien que mal les inscriptions de ton t-shirt … « S’il faut s’arrêter, prévenez-moi ! »

  • les petites zigounettes velus de deux nudistes … « Oups, désolé, je baisse mon cuissard, on fait un concours ? »

  • le face à face étonnant avec une biche … « … (le coeur qui bat) »

Trophées Je l’avais promis à ma maman, un jour je gagnerai. Cette année, je n’ai pas encore ramené une coupe du Monde, d’Europe, de France, pas non plus de titre de champion olympique. Pire, je n’ai pas même été foutu de décrocher le podium d’une course de village … Mais j’ai bien vu la fierté dans ses yeux, quand j’exhibe les multiples lots de consolation qui m’ont été offerts en fin de course : gourdes, bières, médailles, barres de céréales, sacs à chaussures, et surtout les t-shirts. S’il ne fallait n’en retenir qu’un seul, ce serait sans hésiter le spécimen récolté à l’occasion du Semi-Marathon de Lille, un trésor graphique qui finira sur les épaules solides d’un épouvantail !

Paysages Des cymes enneigées du domaine des Sybelles, aux forêts de pin de Biscarrosse, en passant par les chemins caillouteux de la Ria d’Etel, sans oublier les plages venteuses du Calaisis, les bords de l’Escaut, de la Deûle, de la Scarpe ou du Canal de Saint-Quentin, les terrils du bassin minier, les monuments prisés de Paris … En 2013, mes baskets ont fait la connaissance de multiples surfaces et mes yeux ont profité des panoramas de notre beau pays !

Alimentation Des boissons énérgétiques, de la maltodextrine, … Si l’on écoutait les conseils diététiques de certains, la vie de coureur serait moins palpitante que celle d’un ermite ! Alors au diable tous ces exécrables ingrédients et vive les petits plaisirs de la vie (toujours avec modération, quoique … ). Rien de tels que des Carambar la veille du semi-marathon de Paris, des gâteaux polonais pour préparer la Route du Louvre et un bon croque-monsieur en marge du Trail Côte d’Opale. Moi si je cours, c’est pour mieux profiter de ma gourmandise !

Musique Dans mes baskets, des semelles. Dans mes oreilles, des écouteurs. A quoi ressemblerait une sortie course à pied sans la musique ? Difficile à dire. Chacune de mes escapades sportives baskets aux pieds a été rythmée par des chansons plus ou moins avouables. De Stromae (le génie) à -M-, Arcade Fire, en passant par Shaka Ponk, Shy’m et tant d’autres, tous styles, tous genres confondus, … passer du temps sur la route m’a offert la possibilité de découvrir plein d’horizons musicales me permettant de briller dans n’importe quel dîner !

Emotions Ils m’avaient dit « tu verras, tu vas pleurer en franchissant la ligne d’arrivée de ton 1er marathon » … Que nenni ! Enfin presque, puisque dans l’une des ultimes sorties longues de la préparation, des images sont remontées et des larmes ont coulé ! Et que dire du regard de ce petit garçon, complètement délaissé par son pêcheur de père, et des quelques passes échangés avec lui le long du canal! Son sourire en disait long … A ajouter à cette rubrique, les sympathiques moments passés en compagnie de mon père, baskets aux pieds, sans se presser, à papoter !

Délires J’espère ne pas vous avoir effrayé avec mes chansons, mes danses, ou mes imitations d’avion en plein exercice … Désolé pour tous les riverains qui ont eu peur et tant mieux pour tout ceux que ça a pu amuser ! 

A bien regarder dans le rétro, elle a été sympa cette année 2013. Espérons que 2014 saura m’offrir d’aussi jolis moments. Qu’importe la perf, pourvu qu’on ait le plaisir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s