2014, c’était le pied !

Rien à foutre des statistiques chères à bon nombreux de coureurs geeks. 2014 touchant à sa fin, j’avais envie de revenir sur quelques moments forts de cette année sportivement riche

Des paysages de ouf 

10171256_10152337744772305_5433965571095873596_n

J’avais déjà posé mes valises à plusieurs reprises en Corse … mais jamais je n’avais découvert ces paysages baskets aux pieds. 2014 m’a permis de corriger le tir et découvrir les falaises de Bonifacio, le lac de Talza, la baie de Figari et le Golfe de Ventilegne. De grands moments d’émotion sportive à kiffer cette solitude dans des paysages à couper le souffle !!! A y repenser, j’en ai encore la chair de poule !

La musique adoucit les douleurs

10409144_10152841402402305_3596470411299473955_n

Se prendre le Mur du 30ème kilomètre en pleine face, puiser dans ses dernières forces, tout faire pour éviter que les crampes ne s’installent dans les jambes … Enchaîner tant bien que mal les foulées pour se rapprocher de la ligne d’arrivée à la fois si proche et si lointaine … Et trouver de l’énergie, de la force, du courage en allumant son MP3, et en écoutant en boucle « Run boy run » de Woodkid pendant 6 km!

La pente est raide, la persévérance est forte

Quand tu troques ta paire de skis pour une paire de Mizuno Ascend 7, tu troques aussi les sensations qui vont avec … Oublié la vitesse, vive l’endurance ! Oublié les pistes rouges, les télésièges, vive la liberté, les chemins pas toujours damés ! Partir sans savoir où on va, descendre, descendre, et puis à force de descendre devoir remonter sans jamais s’arrêter !!! 5 km de pente raide, c’était dur mais c’était bon, c’était beau, c’était jouissif !

Etre le premier

10336717_10152453197502305_463061764290994220_n

Prendre le départ d’un trail dans les Flandres, en avoir plein les bottes dès le 5ème km, se traîner pendant les 25 kilomètres qui suivent, ne pas abandonner bien aidé par les encouragements patients et gracieux d’un gentil collègue, … Et puis franchir la ligne d’arrivée en héros, monter sur la première marche d’un podium et se retrouver en photo dans le journal. Voilà ce qui vous arrive quand vous êtes engagés dans une course où vous n’êtes que deux dans votre catégorie (sinon, j’ai fini 7ème avant la fin) !

Sable, tu ne m’auras pas 

1517877_10152099934642305_689670973_n

Ah le trail de la Côte d’Opale, ce cher TCO. En 2012, sur 17 km, son sable m’a mené la vie dure. En 2013, sur 31 km, son sable m’a donné du fil à retordre. Mais en 2014, toujours sur 31 km, je m’étais fait une promesse : celle de ne pas arrêter de courir une fois entrer dans cette partie de sable mou ! Et j’ai tenu, j’ai couru, j’ai vaincu !

Courir pour découvrir

1238786_10152200839677305_116435909_n

C’est vrai courir permet de se défouler, de maintenir la forme, d’aiguiser son esprit de compétition, de vouloir se dépasser. La course à pied permet aussi de faire de belles découvertes : pénétrer dans des lieux insolites ou difficilement accessibles, profiter des œuvres éphémères réalisées par des adeptes du street-art, écouter de nouvelles chansons, voir apparaître divers animaux ou mieux encore faire la connaissance de nouvelles personnes.

Bouger Manger

1924972_10152192133892305_305455811_n

Quand l’on est un bon vivant comme moi, on court pour pouvoir profiter des plaisirs gourmands. Quel plaisir de faire son running à jeun et de profiter d’un bon morceau de brioche tartiné de beurre et de Nutella ! Quel kiff d’être récompensé d’un cassoulet tout droit venu de Castelnaudary après le marathon de Toulouse ! Quel délice cette bière des deux caps après le Trail de la Côte d’Opale !

Les pieds à l’air 

934760_10152530089142305_1521373691604494984_n

Cette année 2014 m’a offert la possibilité de courir aux quatre coins de France. Si j’ai aimé le bitume des quais de Seine lors d’une session de running touristique à Paris, j’ai aussi apprécié les chemins enneigés de la Toussuire ou ceux des Falaises de Bonifacio. Mais j’ai plus qu’adorer pouvoir quitter mes baskets pour courir pieds nus dans les eaux plus ou moins chaudes de la Mer du Nord à Calais en début d’année, de la Méditerranée corse en avril, de l’Océan Atlantique étellois puis ronçois cet été.

Songes sportifs

10885081_10152927042127305_1836074711660117290_n

C’était le jour parfait. J’avais le feu sacré. Rien ne pouvait m’arriver. Le speaker de la course s’évertuait à prononcer correctement mon nom. Les supportrices sur le bord de la route avaient enlevé leur t-shirt pour laisser apparaître les encouragements inscrits sur leur poitrine nue. Mes concurrents étaient bien loin derrière. A quelques mètres de l’arrivée, j’imaginais la tête que devait tirer Bekele relegué à la deuxième place. J’ai franchi la ligne et … je me suis réveillé !

2015 arrive et déjà de nouveaux projets se profilent à l’horizon. Mais avant de vous en dire plus, je vous souhaite un bon réveillon et une belle année 2015 !

Publicités

3 réflexions sur “2014, c’était le pied !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s