Bon anniversaire L’Équipe !

lequipe

Mon cher journal,

Tu fêtes cette année tes 70 ans, moi mes 31 ans. Nous avons fait connaissance au tout début des années 90. Depuis, nous ne sommes jamais lâché malgré des hauts et quelques bas.
En 25 ans, j’ai souvent galéré avec ton format improbable, j’ai parfois rusé pour te lire, je t’ai partagé avec mes cousins, mes potes et même des inconnus dans le train, j’ai conservé certaines de tes unes. Mieux, grâce à toi …

J’ai appris à lire. Le O et le M font -OM comme dans compétition et le A et le M font -AM comme dans championnat, le -OI est celui de la victoire et le -AI de la défaite. A l’époque, ça ne me semblait pas anormal de placer WADDLE sur la grille du scrabble.

J’ai appris à compter.  Je maitrisais comme personne les mathématiques grâce à ce type d’exercice : « Avec 71 buts marqués et 34 encaissés, le goal average du FC Nantes à la fin de la saison 94-95 était de 37 « ,  » Jalabert est tranquille, il a 31 points de plus que Museeuw pour le maillot vert  » .

J’ai appris l’anatomie. Et mieux que Docteur Quinn, je savais qu’une fracture des ligaments croisés c’est minimum six mois d’absence ou que la pubalgie c’est assez chiant à guérir. Mieux, j’ai même soigné seul une tendinite du tendon lata-fascial.

J’ai appris la géographie. C’est cool de pouvoir crâner en déclarant que La Vallette est la capitale de Malte, Vaduz celle du Liechtenstein et Nicosie celle de Chypre, mais que Limassol est la deuxième plus grande ville du pays. Aussi, les bataves sont néerlandais tandis que les lusitaniens sont portugais.

Et surtout, tu m’as refilé ton amour du sport à travers des récits bien écrits plein de jolis mots (c’est vrai, c’est aussi beau à voir qu’à écrire une roucoulette). En te lisant, je redécouvrais des instants parfois vécus la veille devant la télé ou derrière la radio et tout un tas d’autres auxquels je n’avais pas assisté. Des événements, tu m’en as narré une sacrée tripotée, dont …

Des formidables épopées. A ce titre là, 1998 fut une année historique et mémorable. Le 9 mai, mon club, le RC Lens décrochait son premier titre de champion de france. Quelques mois plus tard, le 12 juillet, Zizou marquait son doublé de la tête. Toi, le lendemain, tu titrais « Pour l’étérnité « . Moi, comme des millions de Français, j’ai chanté  » et 1, et 2, et 3, … 0  » pendant tout l’été.
Dans cette catégorie, on peut aussi ranger les aventures de la Bande à Basile en 93, celles des Bronzés, des Barjots, des Experts, des Magnifiques ou encore des copains de Titou Lamaison qui battaient les Blacks en 99; les triomphes de la gazelle Pérec, de guêpe Flessel, de la sirène Manaudou ou des poids lourds Douillet et Riner; les échappées rocambolesques des cyclistes sur le Tour de France; les remontées folles de Martin Fourcade; un Liverpool-Milan d’anthologie et plein d’autres * … T’imagines, tu m’as même raconté que Dagui Bakari avait marqué un but à Oliver Kahn

Des mésaventures au goût amer. Parfois, le méchant gagne. Et le lendemain, parcourir tes lignes est rude. C’était le cas un certain 18 novembre 1993. La veille, une malédiction nommée Emir Kostadinov venait de nous priver d’un Mondial au pays du soccer. Et tu te rappelles, quand Tony Vairelles avait été injustement expulsé en Ligue des Champions contre Arsenal ?
On a eu droit des affaires qui ne grandissaient pas le sport : la magouille de Tapie, le dopage dans le cyclisme, les notes hasardeuses des juges biélorusses …

Des drames. Et puis, il y a la disparition brutale de ceux qui nous ont fait rêver … Ayrton Senna dans ce putain de virage, Marc-Vivien Foé qui s’effondre dans le rond central.

Et de tout cela, il reste …

Mon dieu vivant **. De Cannes à Madrid, en passant par Bordeaux et Turin, notre relation a été marqué par le seul et l’unique : Zinedine Zidane. Qu’est ce qu’il nous a donné bordel de merde !  Ces actions de folie, ces gestes hors normes, ces victoires, ces buts, ces trophées que je prenais tant de plaisir à voir, puis à lire, relire dans tes lignes.

Des superhéros. Il y avait Zizou et les autres. Oubliés les Oui-Oui, de Martine, du Club des Cinq, de Babar, de Tintin, de Mickey, ni de Batman, Superman, Spiderman ou Flash. Non, pour nous, les héros s’appellent Eric Cantona, Gustavo Kuerten, Shaquille O’neal, Waye Rooney, Hristo Stoichkov, Ronaldo, Jackson Richardson, Mary Pierce, Anna Kournikova, Michael Jordan, Haile Gebreselassie, Paula Radcliffe.

Des lieux mythiques En 25 ans, tu m’en as raconté des histoires fabuleuses. Elles se déroulent au Camp Nou, à Flushing-Meadow, à Anfield Road, au Madison Square Garden, à Spa-Francorchamps, à Kitzbuhel, ou au Stade du Roudourou.

Ces derniers temps, j’ai un peu pris mes distances avec toi. Ce n’est pas exclusivement de ta faute. Oui j’ai grandi et désormais le sport me fait davantage vibrer comme pratiquant plutôt qu’en simple spectateur. Et pour finir, j’aimerai donc te soumettre quelques remarques.

Mauvaises notes. J’avoue, je me suis parfois demandé si ta rédaction n’avait pas été colonisée par des juges biélorusses qui vont devoir noter Candeloro . Dis, mon journal, comment font-ils tes journalistes pour distribuer leurs notes ?

Titraille. « Magistral », « Historique », « Géant » … Des fois, tu ne t’es pas trop foulé pour trouver ta une ! Franchement, tu me fais bien plus rêver avec un Cuits cuits les canaris… Promis, tu fais des efforts ?

Et moi, et moi, et moi … Passe encore que tu ne parles pas de mes exploits footballistiques avec l’USM Waziers, même quand nous avions étrillé l’AS Sin-le-Noble sur le score de 21 à 0 où quand j’avais marqué un triplé contre le FC Masny. Mais j’attendais un minimum de lignes sur mes performances lors du championnat du monde de pétanque sous marine ou plus sérieusement sur mes exploits marathoniens. Pour ton info, je remets le couvert à Rome le 10 avril prochain.

Et, je conclue cet article en te souhaitant à nouveau un Joyeux Anniversaire ! Merci pour tout. Aujourd’hui, si j’écris ici, c’est un peu à cause de toi. Si je cours, c’est pour essayer de me faire remarquer … Ah, je me vois déjà en une avec ma casquette à l’envers, ma barbe épaisse et les bras levés  et je me contenterai d’un énorme  » FABULEUX  » pour titre.

BON ANNIVERSAIRE ET MERCI L’EQUIPE


 

*La liste est totalement exhaustive, il a fallu faire un choix et il manque un sacré paquet de belles histoires
** Cela n’engage que moi … mais quand même

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Bon anniversaire L’Équipe !

  1. Très chouette article, plein de souvenirs ! Qu’est-ce que j’ai kiffé Kuerten à Roland Garros, vibrer pour ce titre de Lens en 98, la victoire de l’OM avec Basile, retenu mon souffle dans les foulées de Pérec, l’émotion devant la TV chez mes grands parents un jour de mai en suivant Senna…Alors je n’ai pas souvent acheté l’équipe,mais j’ai quelques numéros historiques.Merci d’avoir compilé ces moments 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s